Stagiaire à Berlin

The end has no end

J’ai l’impression que c’était hier mes premiers jours de galères à Beijing, la découverte d’une ville riche qui a tellement à m’offrir. Et maintenant ça y est « My Beijing Experience » c’est fini, le blog continue, mes prochaines destinations : la Nouvelle Zélande pour aller voir la fille de Ganma et aussi parce que Thomas m’a donné envie d’y aller, et Seattle parce que je rêve des Etats-Unis depuis très longtemps. Honnêtement, je ne sais pas quand je vais repartir, mais une chose est sûre j’ai trop pris le goût du voyage, je ne peux pas m’arrêter maintenant.

Summer

Je pense être arrivée en Chine au bon moment. Certains étrangers qui viennent s’installer en Chine parlent de ce « bon moment » où ils croient que la Chine est l’eldorado pour se faire de l’argent et jouir d’un mode de vie qu’ils n’auront pas en France.
Le bon moment pour moi, c’est maintenant quand la culture chinoise essaye de cohabiter avec l’envahisseur occidental, quand la Chine est en train de se moderniser mais pas trop, suffisamment pour que ça soit charmant.

La présence de la culture occidentale en Chine est la conséquence de la mondialisation, pour moi en tant que jeune étudiante étrangère et matérialiste (oui oui il faut l’avouer, je ne peux plus me mentir) Mcdo et Starbucks à tous les coins de rue sont des repères pratiques, pour les chinois c’est un avant-goût de l’Occident. Dans le paysage chinois, on voit apparaître des buildings de plus en plus nombreux et de plus en plus haut, mais aussi des centres commerciaux hyper modernes, et en même temps juste en face il y aura des petits boui-boui, des petits magasins, des vendeurs de rue, des hutongs, des vieux immeubles, des centres culturels. Parce que c’est tout ce qui fait le charme de Beijing, la tradition chinoise confrontée au mode occidental, et moi j’ai peur de la Chine qui se modernise trop vite, j’ai peur que Beijing perde de son charme et de sa simplicité (entre un boui-boui et un grand restaurant, mon choix est vite fait, LE BOUI BOUI !). Si on prend l’exemple de Hong Kong l’urbanisme est tellement poussé à l’extrême que ça en devient lassant (sauf la vue de Victoria Harbour, héhé). C’est ça aussi que j’aime en Chine, la simplicité de la vie (je ne parle pas des pauvres, en Chine ou ailleurs la vie n’est pas simple pour eux), les chinois sont des gens simples parfois tellement simples que ça en devient grossier (crachat, pet, rot) mais on s’y sent tellement bien.

Bref, je vais avoir besoin d’une semaine d’hibernation et de reflexion pour me remettre de ces 4 mois. Je suis arrivée hier soir après 3 jours d’avions et je me sens confuse et sonnée. « Mais c’est tout petit en France, les routes on dirait des trottoirs, et les voitures sont moches, et les français ça râlent déjà dans l’avion, et ma maison est minuscule, et ce quoi ce petit lit trop moelleux j’ai eu mal au dos toute la nuit, et comment ça y’a pas de stand de brochettes à 3h du mat, et quoi les magasins ferment pas à 23h, et maman j’en veux pas de ta baguette je veux des nouilles sautées et du riz. » La tristesse du voyageur, le retour. Pour vous, je réagis sûrement de manière extrême, mais vraiment je ne me sens pas bien. Quand j’étais arrivée à Beijing avant hier, je me suis sentie bien, soulagée, j’étais à la maison et quand j’ai du repartir quelques heures après pour Londres, j’ai eu tellement mal au coeur, c’était comme quand on rompt avec quelqu’un.

Je regrette :
– de ne pas rester plus longtemps
– de ne pas avoir visiter l’aquarium de Beijing
– de ne pas savoir voyager léger
– de ne pas être aller à Tianjin en TGV

Publicités
Cette entrée a été publiée le décembre 24, 2009 à 9:27 et est classée dans My Beijing Experience 北京. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

5 réflexions sur “The end has no end

  1. Oui, les voyages, une fois que tu es tombée dedans, difficile de se sevrer !

    J’espère que tu réussiras à faire tous les voyages que tu rêves de faire et que tu les consigneras dans ton blog pour qu’on puisse suivre tes sympathiques aventures !

    C’est marrant que tu ne sois pas si contente de revenir, parce que moi je suis super contente de bien manger et de comprendre ce qu’on me dit sans me concentrer !

  2. Le , Chewbacca a dit:

    Déja bon retour au pays des grenouilles, j’espére qu’on te verra bientot.

    Et oui quand on s’habitue à quelque chose on se sent mal au retour ( j’ai eu le même sentiment au retour des grandes vac)

    bref, repose toi bien. bis

  3. Dépaysé en france haha,c’est dure le retour t’as plus autant de liberté qd chine maintenant(ca aussi haha) mais t’as toujours paris13 en cas d’urgence^^

  4. Le , Leeloo a dit:

    Comme je te comprend, j ai eu pareil en revenant de seulement 15j au Japon, un pays propre chaleureux ou les gens ne te pousse pas ou ils sont poli et serviable!!! deprimant l a rrivée en france et arrivée a l aeroport de roissy on te remet dans le bain!!! comme si faire la gueule et etre desagreable etait une signature francaise!!!!!

    La seule solution que j ai trouvé pour m en remettre, repartir… la preuve je pars a pekin fin mars jusqu a debut avril ensuite canton de fin avril a debut mai et la thailande en septembre…

    En tout cas merki pour ton blog il est vraiment top

    Bon courage

  5. Le , Jean-Louis a dit:

    Bonjour, Nihao!
    Oui Hangzhou, en tout cas le lac de l’Ouest et ses alentours, est superbe (vous aussi apparemment! ;)).
    Ma fille ayant passé un an pour des études à Suzhou en 2008-2009, ville qui recèle aussi des trésors comme la vieille cité lacustre Tongli (nous avons visité aussi Shanghaï ; hôtel à Nanjing Road près du Bund et de Pudong).
    Bref j’étais à Hangzhou en mai 2009, un jour de fête pour les Chinois qui avaient envahi les bords du lac! Les bâteliers et les vendeurs de glaces aux petits-pois étaient débordés! 😉
    Nous avons pris la journée pour faire le tour du lac entre 2 nuits au West Lake Hillview International Hotel (malgré les craintes à la réservation internet, superbe hôtel dans une chambre de luxe où j’aurais préféré être seul avec ma compagne chinoise ;)) (environ 60€ la nuit dans un 5 étoiles!).
    C’est un hôtel excentré dans les collines à 20 mn à pieds du lac au sud-est de celui-ci, ce qui nous a fait passer par un joli parc et ses eaux superbes donnant sur le lac, avant de passer devant le Musée de la soie et d’arriver directement sur la Pagode Leifeng.

    OK Leifeng a été retapée entre 1999-2002, ce n’est pas la plus vieille pagode (voir celle de la colline du Tigre dans le plus ancien jardin de Chine à Suzhou), mais elle est magnifique avec des peintures et surtout des sculptures sur panneaux de bois décorant l’intérieur qui valent à elles seules le détour! Mon appareil photo a chauffé: 😉
    On a eu de supers contacts avec des jeunes visiteurs Chinois voulant se faire photographier avec nous.
    Dommage que les photos de paysage en haut de la Pagode Leifeng aient été un peu limitées par une petite brume de pollution. A voir, le beau parc autour de la pagode et un petit musée librement ouvert avec de saintes reliques boudhistes. Un restaurant Ouxiang à côté pour le déjeuner du midi assez convenable.
    Ensuite une partie agréable de canotage, après avoir bataillé pour trouver une barque et son rameur qui a fait un trajet vers l’ïle centrale du lac sans nous y déposer puis un petit tour au Nanhu Lake.
    Nous avons marché tranquillement sur la digue « Su Gauseway » dans l’après-midi pour rejoindre l’autre côté du lac, au coin rempli de lotus, et où nous avons visité en suivant le « Bai Gauseway » une colline et son parc avec statues et calligraphies chinoises, puis un plus loin nous avons dîné au plus vieux restaurant bordant le lac, le Lou Wai Lu.
    Il y avait les convives d’un mariage au rez-de-chaussée avec une belle mariée en habit traditionnel.
    Le dîner se faisait à l’étage et où il a fallu batailler dans une bousculade homérique pour l’accès à un bureau sur la terrasse où un gérant délivre un ticket de file d’attente pour le service. Amusant et stressant en même temps! En gros 45 mn à une heure avant de pouvoir goûter au divin poulet mendiant, spécialité locale, cuit dans des feuilles de lotus et tendre à souhait!
    La soirée a été tout aussi enchantée vu les illuminations magnifiques, notamment celles des collines côté ouest. Nous avons marché sur la « Bai Gauseway » nous amenant au nord du lac avec des arrêts aux petites boutiques et petits bars touristiques. Nous avons pris un rafraîchissement à un glacier bordant le lac côté ville près d’Hubin Road. Journée magnifique même si on est loin d’avoir tout visité, par exemple j’aurais aimé voir la jolie source que vous décrivez.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :